Magazine Souffle, une bouffée d'air participative en touraine
8 mai 2013

Solutions locales…

« La Ruche qui dit Oui » apporte un nouveau souffle dans nos paniers

Par Juliet Loury

Un mercredi sur deux, c’est toujours la même scène rue Audenet Damas à Saint-Pierre des Corps. Entre 17h et 19h, Monique accueille une cinquantaine d’abeilles venues chercher leur butin.

Tandis que les vraies abeilles sont en difficulté, un nouveau type de Ruches est apparu depuis 2011. Installées au sein même de la maison d’un particulier, une fois par semaine, la Ruche accueille des producteurs et ses membres. « Mangez mieux, mangez juste », c’est ce qui rassemble les différentes abeilles qui composent cette ruche.

abeille-2

» Lire la suite…

5 mai 2013

Souffle-moi dans l’oeil !

Pour cette septième contribution à “Souffle-moi dans l’oeil!” , c’est Clément Dauriol, étudiant en 3e année de sociologie aux Tanneurs, qui nous propose sa sélection de clichés tourangeaux.

Son matériel :     Boitier Nikon D3100, Objectif 18 – 55 mm VR f/3.5, Objectif 50 mm f/1.8

“La photo est pour moi avant tout un outil pour faire passer un sentiment, une émotion ou pour s’oublier simplement quelques instants à contempler un objet esthétique J’ai commencé à m’intéresser à la photo cet été, en observant le travail d’amis. J’ai donc investi dans un reflex avec lequel j’explore et cherche à composer avec les lois de l’optique et celles du numérique.
Tout constitue un sujet de photographie. Les paysages autant que mes amis, des inconnus ou moi-même. Jugez vous-même… “

1

2

3

4

567

4 mai 2013

I feel good

La roucouthérapie

Par Marie

Qu’est ce qui fait du bien, ne coûte rien et ne nécessite pas d’énergies fossiles ?

La chatothérapie , le plaisir de vivre avec un chat !

Un beau jour, il y a 7 ans , un adorable petit chat roux est rentré dans notre couloir , par la porte du jardin. Il est revenu puis il est resté et nous l’avons adopté. Nous l’avons nommé Roucouillou car il était « entier » et roux.

Aujourd’hui, devenu Roucou par la magie des ciseaux du vétérinaire, il est devenu un membre de la famille…quand je vais travailler, en partant, je lui dis « sois sage Roucou, maman (c’est moi) va rentrer ce soir », ses 2 frères (mes fils) sont un peu jaloux et sa sœur est carrément devenue allergique aux poils de chat !

Même quand je rentre en vélo, il m’entend arriver de loin et il accourt pour être là dès que j’ai franchi le portail. Il miaule un peu et me parle «  la journée a été longue sans toi, t’étais où à faire ta maligne ? ». D’un léger coup de patte il m’indique le chemin de sa gamelle puis bondit dans l’évier pour boire dans son verre. Ce rituel ronronnant me détend. Des chercheurs ont prouvé que la présence de chats près des humains avait plein de vertus.

Le chat, grâce à son affection et sa joie, donne envie de vivre et de se sentir bien. Il a été prouvé que la compagnie d’un chat donne des résultats considérables non seulement dans les cas de pathologies psychiatriques, mais également dans les cas d’hypertension artérielle et d’infarctus du myocarde. En effet, observer le chat, le caresser, lui parler dans un contexte serein de non-compétitivité, provoque immédiatement une chute de la pression artérielle.

L’état de relaxation coïncide avec la diminution de production d’adrénaline et d’hormones corticoïdes (les hormones du stress) produites par le corps en réponse à des situations de crise. Les émotions positives, en outre, stimulent la production d’endorphine, qui permet de supporter les stimuli douloureux, et renforcent le système immunitaire, permettant ainsi d’affronter victorieusement les maladies infectieuses. Le chat suscite la bonne humeur, rien qu’en l’observant jouer tout seul (extrait du site Wamiz)

Quand j’ai un problème qui me tracasse, je m’assieds sur mon canapé et il vient sur mes genoux. Pendant que je le caresse mes idées vagabondent et je trouve souvent la solution dans ce moment de méditation rythmée par la musique du ronron.

roucou2

Mais Roucou n’est pas qu’une machine à ronronner, il a son caractère ! Quand il regarde par la fenêtre et voit un chien passer en bas dans la rue, il se met à gronder. Quand des invités un peu familiers tentent de le caresser sous le menton, il les mord un peu…quand je fais de l’ordinateur, il monte sur le clavier et inscrit avec ses pattes des mots assez bizarres. Quand il veut aller au grenier ou à la cave oU dans une chambre interdite, il gratte à la porte sans arrêt. Quand on veut lui signifier que c’est l’heure de dormir dans son panier au sous-sol, il se cache sous les lits, passe derrière les radiateurs, court sous la table de la salle à manger… Quand on ne s’occupe pas de lui, il rapporte sa chasse sur le beau tapis du salon, pleine de plumes et bien étripée.

D’après certains, il serait mal élevé mais ils ne savent pas que les preuves de son caractère sont aussi attachantes que ses inépuisables marques de tendresse. Adopter un chat, c’est un bonheur, une thérapie, un mode de vie, une philosophie !

(Pour en savoir plus : article du Huffington Post “Ronronnement du chat : les bienfaits de la ronronthérapie sur le moral, le stress, l’insomnie et l’anxiété’”)


… On my bike !

Par Emilie Veyssié.

L’année dernière, les 800 km du parcours La Loire à vélo ont été inaugurés ! Belle occasion donc de les tester ! Enfin pas tous bien-sûr. Alors, mon copain et moi, après maintes réflexions, décidons d’embarquer pour cette aventure !

loire-a-velo

Le plus dur je crois a été d’organiser ce voyage. Et oui, ça peut paraître simple : deux vélos, des campings et basta ! Mais il faut aussi penser à plein d’autres petits détails. Combien ça va nous couter ? Quels trajets choisir ? Dans quoi mettrons-nous les bagages ? Tiendront-ils tous sur le vélo ? Comment revenir ? Et s’il pleut ? Est-ce qu’on va y arriver ? C’est pourquoi après avoir pensé aller jusqu’à Saint Nazaire, je me suis débinée ! Compliqué ? Oui. Nous avons donc décidé de faire Bréhémont-Angers en 4 jours. Ce qui me paraissait correct. Ainsi, nous louons les vélos avec portes bagages et sacoches à Bréhémont chez un loueur et nous accrochons un sleepin’ bed camp (matelas + duvet intégré) et une tente sur les vélos. C’était sans compter sur ma forme physique exceptionnelle ! Et oui après les obstacles de l’organisation, l’épuisement est venu au devant de moi : 38 km par jour en moyenne, peut-être avions nous vu trop grand ! Mais, dès les deux premiers jours, le rythme s’installe. Nous étions toujours en Touraine, les champs, les forêts et la Loire évidemment devenaient des paysages courants et appréciés. Les panneaux de la Loire à vélo, facilement repérables, se sont révélés très utiles. Le nom des villes et le nombre de kilomètre restant à parcourir étaient même indiqués ! A l’inverse à notre arrivé en Anjou, la différence se fit bien remarquer. A Saumur et Angers ? Une galère pour se repérer. Dans les petits villages, des panneaux, mais sans kilométrage ni presque aucun nom de ville. « Prenez une carte ! » me direz-vous ! Mais nous en avions une, seulement, celle gratuite de l’office de tourisme (petit budget oblige) présente toutes les pistes cyclables de l’Anjou, il n’y en avait pas une spécifique à la Loire à vélo comme c’est le cas en Touraine. Un peu déçus, donc, du manque d’information, nous avons quand même trouvé les chemins très agréables, notamment les vignes qui les longeaient. Les campings labélisés La Loire à vélo disposent d’un tarif préférentiel et d’un espace dédié. Enfin le temps était au rendez-vous avec un ciel éclatant tout le séjour et des coups de soleil en prime ! Bref, une aventure insolite de rêve dans la nature et écolo ! Que demander de mieux ? Alors, à vos vélos !

6 avril 2013

Triplement bon

champ-de-pissenlit-31

Le temps de la récolte, expérimentez la cuisine sauvage !

par Isa, “L’esprit de récolte”

Accacia, Aubépine, Eglantier, Sureau, illuminent haies bocagères et lisières de bois,

Violette, Ficaire, Coucou, Pulmonaire, tapissent les sous-bois,

Pissenlit, Lierre terrestre, Plantin, Origan, inondent les prairies,

Consoude, Menthe, Pourpier, Mouron, bordent rivières et étangs,

Mauve, Ortie, Oseille, Coquelicot, envahissent friches et coteaux.

Arrêtons-nous, explorons ces contrées !

Contemplons ces merveilles que nous offrent généreusement,

La tendre impatience du printemps, la douce croissance de l’été, et la maturité de l’automne !

Prélevons avec parcimonie et respect, au coeur de chaque saison !

Et savourons de délicieux mets, préparés en toute simplicité !


Miel de fleurs de pissenlit

Récolte:

Période de récolte: 15 mars au 15 avril

Récoltez les fleurs de pissenlit dans un espace sain de toute pollution

Séparez le capitule vert des pétales jaunes à l’aide de l’ongle ou d’un couteau

Recette :

Mettre un volume de fleur 1L (moyennement tassé) dans un volume d’eau 1L

Ajoutez 1 kg de sucre roux, les jus d’une orange et d’un citron biologiques

Laissez macérer 1 à 2 jours

Cuire le tout pendant 45 min environ

Filtrez à l’aide d’une passoire ou autre

Ajouter 3 à 4 grammes d’agar agar (en fonction de la texture souhaitée)

Mettre en pot

Usages : en gelée, dans les tisanes, dans les gâteaux, en fond de tarte…..

gelee-pissenlit1
photo : La pause mengeotte

16 décembre 2012

Des cadeaux-Souffle !

J- 8 avec le grand déballage des cadeaux pour petits et grands ! Les placards doivent être déjà bien remplis, ou du moins les idées en tête…

Mais pour les débordé-e-s, les fauché-e-s, pour celles et ceux en panne d’idées nouvelles originales cette année, ou qui repoussent au dernier moment la corvée de magasins….

on lance une liste au père Noël « à la Souffle » ,

» Lire la suite…

11 décembre 2012

Des tourangeaux qui ont fait du chemin

Interview par Léa

100_4307

Bonjour Caroline, peux-tu te présenter aux lecteurs et lectrices  de Souffle et nous dire tout d’abord en quelques mots en quoi tu es une “tourangelle qui a fait du chemin” ?

Caroline, j’ai 30 ans, je suis née à Tours où j’ai vécu jusqu’à 20 ans. Toute ma famille est de cette région. J’ai quitté Tours et la maison familiale à 20 ans pour une année Erasmus et je suis revenue m’y installer à 27 ans avec Sylvain mon mari et Margot notre fille !

“J’ai quitté Tours
et la maison familiale
à 20 ans pour
une année Erasmus”

Pendant ces sept années j’ai notamment passé trois ans en Afrique de l’Ouest : un an en Côte d’Ivoire et deux ans au Togo.

» Lire la suite…

8 novembre 2012

Une BD-Souffle

Par Tony Goupil

Un grognement vert pour l’écologie

logo-greeny

© MIDAM/MAD FABRIK

Grrreeny, voilà un prénom évocateur ! Avec trois R, pour mieux rugir contre les agressions faites à la nature.

» Lire la suite…

27 octobre 2012

Actu

Par Flow

manifpatrons1

tram-flow

20 octobre 2012

Lire au jardin

Alain, libraire de la librairie spécialisée Lire au jardin (5 rue Constantine, à Tours) nous propose une sélection d’ouvrages récents et bien-sûr disponibles à Lire au Jardin.

Pour ce mois d’octobre, du local et du lointain, mais toujours de quoi nous enrichir et nous faire réfléchir sur les questions d’écologie.

logo

COLLECTIF AUTEURS, BERTHET (Coordination de Thomas) — Transports et écologie. Indigo - Cédis - Le Passager clandestin, 2012, 144 p. 10,00 €

transports

On sait le sujet des circulations, douces ou pas, d’une actualité brûlante. Les modes de déplacement se diversifient (d’où la fameuse multimodalité chère aux consultants) rendant au passage l’aménagement des villes plus difficile : où passeront les vélos ? Sur le pont ou pas ? À quelle vitesse les voitures rouleront-elles dans cette artère ? Les trottoirs seront-ils réservés aux piétons ? Sans parler des nouveaux bidules électrique à deux roues (Segway) qui transforment le citadin en personnage de science-fiction. Parallèlement, l’usage de la voiture tend à diminuer, le coup de l’énergie augmente et… ne va pas cesser de le faire.

» Lire la suite…

23 septembre 2012

Actu

par Flow

ogm-1-2

23 septembre 2012

Actu

par Flow

banquise-2

C’est pas un scoop mais ça se confirme : La banquise arctique a fondu comme jamais cet été.

16 septembre 2012

Solutions locales… agenda!

Le pôle associatif Inpact 37 (Initiative pour une agriculture citoyenne et locale) propose un bel agenda de rentrée !

» Lire la suite…